Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 14:57

Le secteur informel dans de nombreux pays africains est un véritable facteur d'innovation, car il met à profit la débrouillardise, l'inventivité, les compétences et les réseaux de relations. Il permet également la transmission des savoirs et des savoirs faires d’une génération à l’autre ainsi que la formation des jeunes. L’ « informel » assure également des fonctions essentielles dans l’emploi, la production, échanges culturels, la distribution des revenus, la satisfaction des besoins, etc.

Sur ce thème :

Projection & débat : Les fabuleux bénéfices du système D. Réalisé par Jan KERCKOFF le vendredi 18 mars de 16h à 17h30 dans le cadre du 8ème Festival de Géopolitique à Grenoble sur le thème « Dynamiques africaines » :

http://www.festivalgeopolitique.com/programme/?langue=fr&onglet=4&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=¶mSessionProgramme=#inviteo

Synopsis : Les fabuleux bénéfices du système D » Un documentaire de 58 mn réalisé par Jan Kerckhoff. Et si en temps de crise, la débrouille était plus efficace que des réformes structurelles pour aider les pays en développement à ne pas aggraver leur sort ? C’est l’approche que propose ce documentaire tournée dans les bidonvilles du Burkina Faso et du Nigeria. Où l’on apprend que le système D peut être source d’innovation qui pourrait nous inspirer. Loin d’être anarchique, le secteur informel africain débouche sur de véritables réseaux de solidarité, d’éducation, de transmission et même de microcrédit.

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 06:23

« Village par village, les combattants prorusses progressent en Ukraine » (Le Monde, le 29/11/2015), « Sanctions : l'UE s'acharne, l'opposition russe se réveille » (Le Courrier international, le 28/11/2015), « L'Otan doit se renforcer près de l'Ukraine » (Le Figaro, le 27/11/2015), « Escalade meurtrière en Ukraine » (Les Echos, le 24/11/2015) – ces quelques titres récents sont autant de signaux d’alarme signalant le status Quo autour de l’intimidante frontière russo-ukrainienne. Après plus d’un an de tensions, de morts et d’incertitudes sur l’avenir, des craintes omniprésentes subsistent encore et toujours concernant les ambitions de Poutine vis-à-vis de son voisinage proche. La Russie et l’Union européenne semblent définitivement noyées dans un cercle vicieux de sanctions et de ripostes, sans un quelconque impact puisse être constaté sur le conflit en Ukraine…

Sur ce thème :

Conférence : « L’intimidante frontière du Monde russe » par Laurent Chamontin, écrivain, spécialiste de la Russie, le vendredi 13 mars 2015 dans le cadre du 7ième Festival de Géopolitique à Grenoble sur le thème « A quoi servent les frontières ? » : http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/programme/?langue=fr&onglet=4&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=¶mSessionProgramme=#inviteo

Synopsis : Ligne de démarcation intimidante, affirmée avec d’autant plus de force qu’elle est incertaine : que révèle du Monde russe son rapport spécifique avec sa frontière ? Un aperçu historique et culturel, des origines à la crise ukrainienne.

Et

Conférence : « La frontière épaisse des Russes » par Sabine Dullin, professeure à Science po Paris, le jeudi 12 mars 2015 dans le cadre du 7ième Festival de Géopolitique à Grenoble sur le thème « A quoi servent les frontières ? » : http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/programme/?langue=fr&onglet=3&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=¶mSessionProgramme=#inviteo

Synopsis : D'où vient l'obsession des Russes pour les frontières ? A quoi leur ont-elles servi depuis 70 ans ? S’agit-il d’un héritage du communisme ? De la guerre froide au conflit ukrainien, la réflexion d’une historienne.

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 09:26

A la lumière du conflit en Ukraine, le rôle que joue la Russie sur la scène internationale semble chaque jour de plus en plus isolé. Ceci constitue un changement majeur par rapport à l’année 2013 au début de 2014, moment du « retour » de la Russie au premier plan sur l’échiquier mondial : opposition aux Etats-Unis au moment d’offrir l’asile à l’informaticien américain Edward Snowden, rôle joué dans le dossier syrien, organisation des Jeux Olympiques d’hiver, etc. L’heure semblait venue pour le « grand rééquilibrage » obstinément recherché par le Kremlin depuis la fin de l’URSS. La donne a changé dans le contexte de la crise ukrainienne. Assiste-t-on au début d’une nouvelle « Guerre froide », ou bien s’agit-il des derniers soubresauts de tensions entre deux blocs qui ne peuvent désormais plus se passer l’un de l’autre, notamment dans le cadre d'une autre guerre, celle contre le terrorisme au Moyen Orient ? (http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-la-russie-isolee-a-t-elle-un-role-cle-a-jouer-pour-la-paix-internationale-2014-1) Comment se présente la position de la Russie sur la scène internationale en 2015 ?

Sur ce thème : Table ronde : « La Russie et le monde en 2015 » par Arnaud Dubien, Observatoire franco-russe / IRIS, Isabelle Facon, Fondation de la Recherche Stratégique, Jean Radvanyi, INALCO, le jeudi 12 mars 2015 dans le cadre du 7ième Festival de Géopolitique à Grenoble sur le thème « A quoi servent les frontières ? » : http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/programme/?langue=fr&onglet=3&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=¶mSessionProgramme=#inviteo

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 15:09

Charlie Hebdo : l’Union européenne à l’épreuve ?

Les événements du 7 janvier ont secoué toute l’Europe et bien au-delà. Les réactions de l’étranger ne se sont pas fait attendre : Ban KI-Moon, Barack Obama, le Pape François, Jens Stoltenberd, etc. Les exécutifs nationaux et de l'Union européenne ont très rapidement réagi, eux aussi : Angela Merkel, Donald Tusk, Jean-Claude Junker, David Cameron, etc. Dans son communiqué, Donald Tusk s’est dit profondément « choqué par l'attentat révoltant qui a eu lieu ce matin à Paris contre Charlie Hebdo. L'Union européenne se tient aux côtés de la France après cet acte effroyable. C'est une attaque brutale contre nos valeurs fondamentales, contre la liberté d'expression, pilier de notre démocratie. »

En effet, un véritable sentiment d’unité a saisi l’Union européen pendant les jours qui ont suivi l’attentat. Entre 1,2 et 1,6 million de citoyens, des dizaines de chefs d’Etats et de gouvernement du monde entier se sont rendu à la manifestation à Paris, dont les vingt-sept chefs d'Etat et de gouvernement européens ainsi que de nombreux fonctionnaires de l’Union entouraient à ce moment fort François Hollande en tête de la marche républicaine. Un moment inédit. Un vrai moment d’émotion.

Les émotions sont dotées d’une grande force dès lors que leur mobilisation affecte d’une façon importante la capacité d’action des acteurs. Quel impact l’émotion partagée suite aux événements du 7 janvier dernier aura-t-elle sur l’action européenne ? Que sera-t-elle ? L’attentat à Paris a été l’occasion pour les européens de prendre conscience des valeurs communes mais aussi des ennemis communs. Que peut faire l’Europe aujourd’hui pour mieux faire face à la menace inédite ? Existe-t-il une vision commune sur les démarches à suivre ?

Jean-Claude Juncker a annoncé le 8 janvier "un renforcement de la lutte contre le terrorisme, avec la mise à jour imminente de sa stratégie de sécurité à l'intérieur des frontières, comme à l'extérieur". Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a confirmé que le prochain conseil des ministres européens des Affaires étrangères se saisirait lundi prochain du dossier du terrorisme.

Cependant, les mesures concrètes à adopter au niveau européen font l’objet d’une controverse. L'extrême-droite résurgente ainsi que la montée des partis populistes en Europe (les dernières élections européennes en sont la preuve) cherchent à capitaliser sur la peur. Selon Nigel Farage, les attaques de Paris sont une « conséquence du « multiculturalisme » et de l'« immigration incontrôlée » en Europe ». Le mouvement allemand Pegida (Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident), lui aussi, instrumentalise les événements à Paris et cherche à grossir ses rangs. Tous ces mouvements nationalistes contribuent grandement à ériger un état collectif et prolongé d’hystérie, de dépression et de paranoïa. Les frontières émotionnelles, érigées et nourries ainsi dans un espace qui se veut « sans frontières », peuvent avoir un impact désastreux sur la cohésion et donc la stabilité de celui-ci. En cédant à la peur envers l’Autre et généralisant la colère, les européens ouvrent une boîte de pandore, les frontières émotionnelles étant tout aussi importantes que les frontières physiques et topographiques dans la géopolitique.

Les débats sur le sujet des mesures à adopter ravivent également le Parlement européen. L’antagonisme gauche-droite se cristallise, entre défenses des libertés individuelles, d’un côté, et renforcement des contrôles, de l’autre. Instauration des barrières aux frontières (Nigel Farage), filtrage des personnes via des caméras grâce aux numéros d’immatriculation ou à une reconnaissance faciale (Axel Voss, député européen, CDU), optimisation de l’exploitation des renseignements au niveau européen (Rébecca Harms, co-présidente du groupe des verts au Parlement européen), stockage des données des passagers européens, etc. – autant de visions, autant de sujets de controverses à résoudre pour l’Union. Les débats restent à suivre. Dans tous les cas, ce qui est certain aujourd’hui c’est que les européens doivent désormais face à une nouvelle épreuve afin de maintenir la cohésion et la stabilité au sein de l’Union. Le caractère nouveau de cette épreuve ne tient pas à une multitude d’opinions différentes et la difficulté de trouver un compromis (ceci est plutôt habituel pour une « machine institutionnelle à 28 »), mais plutôt à un contexte inédit que l’Union connaît depuis une semaine.

Katia Zhuk, le 15 janvier 2015

La prochaine édition du Festival de géopolitique aura pour thème "A quoi servent les frontières?". Parmi les thèmes abordés: pertinence des frontières à l'heure de la mondialisation, frontières européennes, instrumentalisation des frontières, conflits transfrontaliers, etc.

Le programme du Festival sera prochainement mis en ligne sur le site du Centre d'études en géopolitique et gouvernance: http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/7eme-edition

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 12:00

Longtemps à l'abri d'une exploitation industrielle d'envergure mondiale, la région arctique attise de plus en plus les convoitises territoriales des grandes compagnies et de nombreux États dans le monde. La Russie, le Canada et, depuis le 15 décembre dernier, le Danemark, ont déposé des demandes aux Nations unies pour la reconnaissance de leur souveraineté sur le pôle Nord et une large part du territoire de l'océan Arctique.

Désignée de terre promise pour les compagnies pétrolières, l’Arctique peut devenir le « réceptacle de toutes les dérégulations contemporaines » (documentaire ARTE du 6 janvier 2015 « Arctique, la conquête glaciale ») et représente d’énormes risques écologiques. Nombreux sont les experts qui prédisent un scénario catastrophe pour cette partie du globe. Est-il encore temps de prévenir le pire ?

Sur ce thème : Conférence : « L'arctique, espace à partager et se disputer » par Mika MERED, CEO - Executive Research Director, Polarik Analytics (London), le jeudi 12 mars 2015 dans le cadre du 7ième Festival de Géopolitique à Grenoble sur le thème « A quoi servent les frontières ? » : http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/introduction

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:47

Depuis quatre ans, la Libye est au centre de l’actualité internationale. "La spirale de la guerre et de l'anarchie se poursuit en Libye", souligne le quotidien algérien El-Watan fin décembre (Courrier international, 29.12.2014). La situation devient critique, la Libye s’enfonçant dans le chaos et menaçant de « devenir un sanctuaire de mouvements djihadistes aux portes de l’Europe, et la crise déstabilise les Etats voisins de la bande sahélo-saharienne », lit-on aujourd’hui dans Le Monde. Des combats sanglants opposant diverses tribus rendent toute forme de régulation centralisée en Libye impossible. Les appels à une intervention internationale se multiplient. Cependant, malgré la gravité de la situation, les puissances occidentales continuent de privilégier une solution politique à la crise libyenne. Absence de courage ou une position dictée par les expériences passées ?

Sur ce thème, conférence : « La Libye, trois ans après : état des lieux politique et sécuritaire» Hélène Bravin, journaliste spécialisée sur le Maghreb, le jeudi 12 mars 2015 dans le cadre du 7ième Festival de Géopolitique à Grenoble sur le thème « A quoi servent les frontières ? »:

Synopsis : Depuis la fin de la révolution, la Libye est coupée en 6 régions militaires détenues par des milices urbaines tribales et islamistes. Par ailleurs, différents conflits inter-tribaux se manifestent dangereusement pour la sécurité du Sud. A cela, il faut ajouter une instabilité politique.

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 06:07

Hier, les experts sur l’évolution du climat (Giec) ont dévoilé à Yokohama (Japon) leur diagnostic sur les impacts du réchauffement climatique. Un document déterminant intitulé "Changement climatique 2014 : impacts, adaptation et vulnérabilité" a été rendu public à un an et demi de la conférence de l’ONU sur le climat qui doit avoir lieu à Paris. Ses conclusions sont très préoccupantes : les impacts du changement climatique affectent déjà "tous les continents et les océans" ; une hausse de 2 degrés des températures pourrait conduire à une perte annuelle de l’ordre de 0,2 % à 2 % du produit économique brut mondial ; l’état futur des disponibilités en eau et de leur température risque de poser des problèmes pour les centrales thermiques et nucléaires ; la fiabilité des réseaux électriques est menacée,  le nombre de conflits violents dans le monde pourrait augmenter, etc. Comment l’Eurasie est-elle affectée par les changements climatiques ? Quels sont ses défis environnementaux majeurs pour les années à venir ?

Sur ce thème : Conférence : « l'Eurasie face aux défis environnementaux » par Olivier Soria, Enseignant, chercheur à KEDGE, le 4 avril 2014 dans le cadre du 6ième Festival de Géopolitique à Grenoble :

Synopsis : Etude sur l’Eurasie et les problèmes environnementaux à travers le prisme des changements climatiques et l’étude de l’Europe, la Russie, la Chine et l’Inde.

 

Pour avoir plus d’information sur le programme : http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/programme/?langue=fr&onglet=3&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=&paramSessionProgramme=#inviteo 

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 09:17

Pas un jour depuis plusieurs semaines, voire des mois ne se passe sans que le nom de Vladimir Poutine apparaisse dans les médias : « Personnalité autoritaire et complexe » (Libération), « Poutine super-tsar » (Le Figaro), « Poutine ceinture noire de judo Poutine pêcheur d'amphores, Poutine ami des motards, Poutine torse nu à cheval dans les montagnes de Touva, à la frontière avec la Mongolie, Poutine en pleine brasse papillon au milieu du fleuve Ienisseï en Sibérie » (Le Monde, le 24 janvier 2014), « Poutine conquérant de l’Ukraine », etc. Une figure politique qui intrigue, fascine, dégoute, fait peur… - en tout cas, ne laisse pas indifférent. Qui est cet homme ? Comment est –il arrivé au pouvoir ? Quels sont ces leviers du pouvoir et ses ambitions ?

 

Sur ce thème : Projection : « La Prise du pouvoir par Vladimir Poutine » par Tania Rakhmanova, Réalisatrice, le 4 avril 2014 dans le cadre du 6ième Festival de Géopolitique à Grenoble :

Synopsis : Comment cet obscur ancien sous-colonel du KGB, est-il soudain devenu l’un des hommes les plus puissants de la planète?? En suivant minutieusement les étapes de l’ascension fulgurante de Vladimir Poutine, le film dresse un portrait sans concession du patron du Kremlin et des mœurs politiques de la Russie.

 

Pour avoir plus d’information sur le programme : http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/programme/?langue=fr&onglet=3&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=&paramSessionProgramme=#inviteo
Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 09:10

Bien que l’Afrique ne représente pas pour la Russie les mêmes enjeux géostratégiques et économiques qui sont incarnés par son voisinage immédiat, ce continent ne semble plus échapper à l’ambition de la politique étrangère russe qui consiste à rendre la Russie beaucoup plus présente, et puissante, sur la scène internationale. Dans la crise syrienne, la Russie a montré qu’elle était capable de jouer le rôle d’acteur de premier ordre en Afrique.  Poutine affiche aujourd’hui l’ambition de son implication dans le processus de résolution de la crise malienne. Le 14 mars dernier, le vice-ministre des Affaires étrangères, Mikhaïl Bagdanov, a reçu une délégation du MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad. Ainsi, les autorités russes ont-elles envoyé le message, selon lequel, elles avaient leurs propres intérêts dans le Sahel ? Un nouveau front d’opposition avec les Occidentaux ?

 

Sur ce thème : Conférence « Afrique : enjeu de l'échiquier Euro russe » par Derek EL ZEIN, Maître de Conférences à l’Université Paris - Descartes, le 3 avril 2014 dans le cadre du 6ième Festival de Géopolitique à Grenoble :

Synopsis : Il s'agit d'étudier dans quelle mesure la Russie contemporaine tente de reprendre la main en Afrique où la défunte URSS avait avec succès gagné à sa cause de nombreux pays qui sont encore aujourd'hui souvent dirigés par des cadres formés en ex-URSS. Dans cette reconquête la Russie jouit de nombreux avantages mais se retrouve en concurrence avec de nombreux pays européens.

 

Pour avoir plus d’information sur le programme : http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/programme/?langue=fr&onglet=3&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=&paramSessionProgramme=#inviteo 

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 12:09

Dans le cadre des sanctions envisagées contre la Russie suite aux événements en Ukraine, le ministre français des affaires étrangères, a évoqué le 20 mars dernier la possibilité de suspendre la livraison de deux navires de guerre de type Mistral commandés par Moscou en 2011.  La réaction russe n’a pas tardé à suivre. La Russie compte « faire valoir ces droits jusqu’au bout » et, surtout,  selon le site russe www.fr.ria.ru, « les constructeurs navals russes pourraient construire eux-mêmes des porte-hélicoptères si la France ne livrait pas ses deux Mistrals à la Russie ». Du bluff ou une réelle capacité des russes de maîtriser cette technologie militaire ? Le projet de modernisation de la Russie, a-t-il porté ses fruits ?

 

Sur ce thème : Conférence « Les débats sur la modernisation en Russie contemporaine » par Olga Gille-Belova, Maitre de conférences à l’Université Bordeaux - Montaigne, le 4 avril 2014 dans le cadre du 6ième Festival de Géopolitique à Grenoble :

Synopsis : Le projet de modernisation visant à transformer la Russie en puissance post-industrielle a constitué l’un des thèmes majeurs de la présidence Medvedev (2008-2012) et il a donné lieu à des débats publics importants. Présentation des principaux projets et mouvements.

 

Pour avoir plus d’information sur le programme : http://www.centregeopolitique.com/v2/fr/programme/?langue=fr&onglet=3&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=&paramSessionProgramme=#inviteo 

Repost 0
Published by Katia Zhuk - dans Actualités
commenter cet article